• fr
  • en
  • it
  • es
  • pt-pt

Promenades sur Internet

Note le la rédaction du 1er mai 2016.
Cet article publié en l’an 2000 comporte de nombreux liens qui ne fonctionnent plus de nos jours.

Ce n'est pas parce que les pages « multimédia » fleurissent dans la presse que nous nous sentons obligées d'en faire nous aussi ; mais Internet étant un espace de communication somme toute plus libre que les médias traditionnels, l'antispécisme y est de plus en plus présent. À celles et ceux qui n'ont pas accès à Internet cet article donnera peut-être au moins une idée de ce qu'on y trouve sur le sujet.

Les liens que je donne ici sont loin de former une liste exhaustive. Bien des sites ont eux-mêmes une page « liens », et de proche en proche on trouvera beaucoup de choses. On pourra commencer par les nombreux liens de la page www.amisdelaterre.org/ecotoile/animal.html. Il y a aussi les moteurs de recherche en français, comme www.yahoo.fr et www.voila.fr ; et, en anglais, www.yahoo.com par exemple.

On peut partir d'expressions comme « spécisme » ou « droits de l'animal ». Yahoo a une rubrique dédiée, dans « Société>Problèmes et débats de société>Droits et protection des animaux ».

Sites francophones

Commençons (bien sûr) par les Cahiers : www.multimania.com/antispe

Notre site propose une bonne part des textes publiés, sauf pour les derniers numéros. Les autres pages - liens, bibliographie, etc. - laissent à désirer, il faut l'avouer. Quand nous aurons le temps nous changerons peut-être aussi d'adresse, l'hébergeur (Multimania) devenant bien envahissant ; nous laisserons une redirection.

http://www.pmaf.org/À visiter, le site de la Protection Mondiale des Animaux de Ferme : en particulier pour la documentation sur le traitement des non-humains.

Le site de la World Animal Net Directory, worldanimal.net/, est en anglais, mais répertorie un grand nombre d'associations dans le monde, y compris en France, avec ou sans site Internet.

Autres sites : l'association Talis : www.talis-ear.org/ ; l'association belge GAIA : www.gaia.be/fr/ ; l'European Vegetarian Union : www.ivu.org/evu/french/ ; La Plage, éditeur spécialisé dans le végétarisme : www.ifrance.com/laplage/ ; l'Alliance végétarienne, www.ivu.org/avf/ ; les Amis de la Douceur et de l'Harmonie, http://www.ivu.org/harmony/ ; l'association Veg' et Chat : www.multimania.com/vegcat

http://perso.wanadoo.fr/solis/Un site de référence, de Franck Michel : perso.wanadoo.fr/solis/. En particulier, une page « actions » (.../aa/), et une page « actualités » où on trouve entre autres l'histoire suivante au sujet d'un SDF : « Un homme, venant de perdre sa compagne après une nuit glaciale, a été invité à expliquer pourquoi ils n'ont pas passé la nuit dans un abri chauffé. Celui-ci a répondu qu'ils venaient de recueillir un jeune chiot, qui appartenait à un ami SDF décédé récemment. Se présentant à un abri, ils ne pouvaient entrer qu'à condition de laisser leur animal à l'extérieur. Ne pouvant se résoudre à abandonner leur jeune chien, ils ont alors passé la nuit dans un abri précaire... et mortellement glacial. Le froid le plus mortel était-il vraiment celui qu'il faisait dehors ? » Comme quoi l'humanisme tue aussi des êtres humains. On trouve également sur ce site bon nombre de textes « didactiques » bien faits, une intéressante page historique sur la situation en France depuis Montaigne, et de nombreux liens.

http://www.multimania.com/kayman/Pages riches de réflexions personnelles : www.multimania.com/kayman/ - « Ayant décidé d'utiliser mon cerveau (la seule bombe que je sache faire fonctionner sur cette terre), je suis devenu végétarien »

site qui vaut la visite, indépendamment de l'antispécisme ; perso.club-internet.fr/bbouilla/ (Béatrice Bouillaut participe à Radio Pluriel près de Lyon).

Il y a aussi un site sur Théodore Monod : www.multimania.com/martinox/Monod.htm.
Autres sites personnels : ourworld.compuserve.com/homepages/jmperrochat/ ; Avis (végétariens toulousains) : www.multimania.com/avis/ (réflexions, tract, et intéressants témoignages des deux auteurs) ; Newsletter antispéciste végéta*ienne : www.geocities.com/tot_ou_tard/ ; enfin l'anarchiste Philippe Équy : www.multimania.com/lanarcho/7peaev.htm, et la revue féministe Et ta soeur ? : www.casti.com/FQRD/gng/ets/edito.html.

Une liste de restaurants végétariens en France : arrs.envirolink.org/francoveg/.

Sites anglophones (et autre)

L'Animal Rights Resource Center - arrs.envirolink.org/ - est un site pivot qui regroupe un nombre impressionnant de pages et de nombreux liens vers d'autres sites.


On trouvera un certain nombre de débats sur divers sujets dans les textes référencés en arrs.envirolink.org/ar-voices/.

Parmi les liens présentés, citons le Great Ape Project (arrs.envirolink.org/gap/) ; Feminists for Animal Rights : www.enviroweb.org/far/ ;

PETA (People for the Ethical Treatment of Animals, www.peta-online.org/) ; United Poultry Concerns (www.upc-online.org/) ; Jews for Animal Rights (arrs.envirolink.org/jar/) et diverses autres pages religieuses ; il me semble juste de noter que certaines sont chrétiennes - par exemple members.aol.com/feloflife/feloflife.html - vu par ailleurs le grand nombre de sites chrétiens contre la libération animale, comme je le note plus loin.

Bien des liens présentés sur le site de l'ARRS témoignent d'une fascination pour les loups et les prédateurs en général ; comme le Predator Defense Institute, arrs.envirolink.org/pdi/Default.htm.

À l'inverse, si vous trouvez même les Cahiers trop naturalistes, rendez-vous sur www.bltc.com/ : « BTLC Research fut fondé en 1995 pour promouvoir une ingéniérie du paradis. Notre objectif est un projet technologique ambitieux à la dimension du globe. BTLC vise à abolir les fondements biologiques de la souffrance. Pas seulement chez les êtres humains, mais aussi dans toute vie sensible. (...) Heureusement, l'ancien ordre darwinien, mû par l'action d'une sélection naturelle aveugle sur des mutations génétiques aléatoires, est destiné à n'être plus qu'une histoire évolutionnaire passée. En effet, la bioscience du troisième millénaire nous permet de : - réécrire le génome vertébré ; - redessiner l'écosystème mondial dans son ensemble ; - fournir un bien-être génétiquement préprogrammé à quiconque le désire. »

J'ai aussi trouvé le site de Between the Species - www.cep.unt.edu/between.html - mais il n'y a pratiquement rien dessus. Je n'arrive pas à savoir si la revue paraît encore.

Enfin, un site en allemand : Maqi, « Pour les droits des animaux, contre le spécisme », www.tierrechte.de/maqi/.

Les contras


La violence anti-antispéciste s'étale sur le Web parfois jusqu'à l'écoeurement. Une promenade sur les sites américains est instructive.

Un titre emblématique : « Dieu mange de la viande rouge » (www.godeatsredmeat.com/). La tonalité dominante est chrétienne d'extrême-droite, dans la tradition de l' « American heritage ». « Bienvenue en Amérique libre » proclame www.essex1.com/people/thompsn/ avec aigle perché sur drapeau étatsunien et logo du « Christian Conservative Ring ». « Un prêtre chrétien explique pourquoi il peut moralement piéger les petites créatures de Dieu » en www.wildlifedamagecontrol.com/christian%20minister%20traps.htm. Arrs.envirolink.org/organizations/opponents.html donne une liste de tels sites. On peut aussi taper « "Peter Singer" » (avec les guillemets) sur Yahoo !, pour trouver (entre autres) une foule de sites et de pages contre Singer, suite à sa récente nomination à Princeton ; de droite comme « de gauche », ce sont les mêmes diatribes et la même affection pour les idées reçues. Beaucoup de sites représentent des intérêts économiques, comme www.naiaonline.org/ et d'autres cités sur www.animalrights.net/. Le titre trompeur de ce dernier site est typique de la volonté de provocation. L'argumentation par contre ne va pas loin ( « La plupart des gens comprennent que les cochons sont des animaux, et pas des personnes. » ; en www.frontpagemag.com/archives/academia/smith10-22-98.htm).

Une réflexion m'est cependant apparue, à travers deux articles : « Les animaux sont de la propriété » (www.webleyweb.com/tle/le960302.html) et une phrase citée en www.csmonitor.com/durable/1999/12/02/text/p15s1.html : « Epstein nous avertit que [si l'on attribuait des droits aux animaux] la notion même de droits de propriété - droits que les animaux ne pourraient jamais opposer aux humains, vu la manière dont la civilisation est généralement construite aujourd'hui - s'écroulerait. » Je n'ai pas très bien compris le pourquoi précis d'un tel écroulement, mais cela fait réfléchir : la propriété commence-t-elle par la possession d'autrui ? L'exploitation animale est-elle un pilier symbolique de la propriété en général ?

Sur ces sites on trouve des informations rarement répercutées en France. Ainsi, dans la dernière page citée ci-dessus on apprend : « Le traitement des animaux est devenu une question importante dans les relations internationales, comme en témoignent les protestations au cours de la rencontre de l'Organisation Mondiale du Commerce à Seattle cette semaine. » Pas vu à la télé... française.

Contras en France aussi

J'ai trouvé deux textes qui parlent du sujet chez l'Institut National de Recherche en Agronomie : www.inra.fr/Internet/Produits/DPENV/larrec30.htm et .../porchc32.htm. Tous deux sont intéressants par le malaise dont ils témoignent, tant chez leurs auteures que dans l'opinion. « Ces orientations ne doivent pas être sous-estimées car ce sont elles qui peuvent amener à adopter certaines attitudes (végétarisme, bouddhisme, anti-spécisme) de refus de l'alimentation carnée. » dit le second. Le premier trouve comme principale réplique à la thèse de l'égalité animale que « [p]our rigoureuse qu'elle soit, cette argumentation [de Peter Singer] ne saurait caractériser (ni régler) les rapports établis entre les hommes et leurs animaux domestiques. L'élevage, en effet, est une relation hiérarchique. S'il implique (comme nous allons le voir) que les animaux domestiques fassent l'objet d'une considération morale, il exclut que l'on pose l'égalité entre les intérêts des hommes et ceux des animaux dont ils prennent soin. » En somme, les animaux ne peuvent pas être nos égaux, puisque nous ne les traitons pas comme tels. Vaut aussi la peine d'être lu le texte de Luc Ferry sur le site d'EDF, en im.edfgdf.fr/im/html/fr/bib/bic22/2.htm ; où est invoquée la définition de l'Europe, à la fois comme « le continent des nations chrétiennes » et, de façon « en apparence contradictoire (...) mais, à [s]on avis, pas incompatible » comme celui de « l'émergence de la laïcité » et de « la naissance de l'humanisme politique ». Où il est dit aussi que le mouvement de libération animale anglo-saxon est « composé à 99,9 % de féministes » (Luc exagère un peu).

On trouvera enfin un long texte contre le Projet Grands Singes en www.multimania.com/patderam/singes.html. Les arguments ne sont pas très originaux, mais l'effort est louable et les réflexions parfois intéressantes. « Les promoteurs du projet semblent avoir choisi, paradoxalement, la voie escarpée. La proximité phylogénétique entre le singe et l'homme est trop grande pour que l'abolition de la barrière interspécifique, sur le plan du droit ou de l'institution de l'humanité, ne pose pas problème précisément en raison de la nécessité de sauvegarder le statut propre de l'homme, non pas comme être "supérieur" mais comme "être moral", sujet philosophique et disposant de droits (et devoirs) en raison de son humanité... Ce n'est pas la question du fait que je pose (celui des capacités cognitives du singe) mais une question qui relève de l'ordre du symbolique. » Encore un argument « ça ne nous arrangerait pas ».

N'oublions pas, parmi les anti-antispécistes francophones, la Fédération anarchiste, qui à l'argumentation préfère les mots d'ordre ( « ni antispécisme ni primitivisme écologiste » en federation-anarchiste.org/journal/numeros/1098/article_9.html) et l'amalgame : « faire en sorte qu'aucun propos sexiste, homophobe, raciste, antisémite, négationniste ne soit tenu à l'antenne [de Radio Libertaire] (1994), ni aucun propos favorable à l'antispécisme (1995) » ; federation-anarchiste.org/radio/fonctionnement.html. C'est ainsi que Vincent Berraud, qui tenait régulièrement une émission pacifiste à Radio Libertaire s'est fait interdire d'antenne parce que... sexiste, raciste, antisémite ? non... mais antispéciste, oui. Belle société que ces gens nous préparent.

Enfin, La Flibuste, journal trimestriel belge qui s'auto-proclame « lieu de réflexions critiques » et « voulant voler plus haut que la basse-cour » consacre son n°4 (altern.org/flibuste/flibustes/flibuste4.htm) à de très conventionnelles réflexions sur les animaux, dont celle-ci : « La place de l'animal est en dessous de nous et nous l'élevons pour le manger. Dire ou faire le contraire est une déviance imposée par certains principes et idéaux qui ne correspondent en rien à la nature même de l'homme. »

Les listes de discussion

Les listes de discussion permettent l'échange d'informations et les débats entre abonnées, à travers le courrier électronique. Pour une explication détaillée de leur fonctionnement, voir www.cru.fr/listes/. Trois listes francophones : www.onelist.com/community/ethiquanimal : réflexions sur l'éthique vis-à-vis des non-humains ; en principe, entre personnes antispécistes, dans un sens large ; www.onelist.com/community/vegetarien et www.chez.com/vegelist/ : listes sur le végétarisme.

Il y a aussi des listes philosophiques, comme www.onelist.com/community/philo-discussion, ou encore des « news groups » sur le thème des animaux comme news ://fr.rec.animaux, où il serait bon que des antispécistes se manifestent.