• fr
  • en
  • it
  • es
  • pt-pt

Livre : Les animaux d’élevage …

Voici quelques mois est paru un ouvrage collectif : Les animaux d'élevage ont-il droit au bien être [1] ? Chez deux des co-auteurs, Françoise Armengaud et Florence Burgat, on perçoit une solidarité envers les animaux qui dépasse le souhait d'une exploitation « plus humaine » de « eux » par « nous ».

Françoise Armengaud se livre à une analyse critique de la notion d'anthropomorphisme (terme principalement usité pour discréditer toute préoccupation envers les animaux) dans un style d'une liberté et d'une causticité réjouissantes.

Florence Burgat quant à elle présente les résultats de deux études qu'elle a réalisées :

  • Une enquête effectuée auprès de chercheurs à qui l'on a demandé de travailler sur le bien-être animal pour satisfaire la « demande sociale » en la matière. Beaucoup manifestent leur malaise face à un thème qu'ils jugent dénué de contenu scientifique. La plupart estiment cette demande sociale inexistante ou fondée sur une méconnaissance du sujet par le public.
  • Une étude sur les associations de protection animale, illustrée par l'exemple de la PMAF (histoire, objectifs, actions, résultats …). Par pragmatisme ou conviction, les militants de ces associations œuvrent pour adoucir les modalités d'exploitation des animaux, sans en contester le principe.

Le livre contient aussi la transcription d'une émission de France-Culture (Le bien commun, 26 février 2000 [2]). Marie-Angèle Hermitte y décline la foi et la mauvaise foi des adeptes du « J'aime trop la viande », avec l'assurance que lui confèrent ses titres de juriste et de chercheuse. Face à elle, Florence Burgat argumente en faveur d'une conception des droits des animaux qui parte de leurs intérêts propres (y compris celui de ne pas être mangé).

On trouve également dans cet ouvrage :

  • De Catherine et Raphaël Larrère : une présentation des différentes conceptions du statut des animaux dans la pensée occidentale [3], et une prise de position en faveur d'un mode d'élevage plus soucieux de leur bien-être ; celui-ci s'apparenterait selon les auteurs à un contrat entre humains et animaux reposant sur un échange équitable de services.
  • De Jocelyne Porcher (partisane d'une évolution vers des « systèmes d'élevage et d'abattage innovants, respectueux des hommes, des animaux et de la nature ») : une étude de qualité sur l'élevage industriel des porcs, domaine où un simple état des lieux fait office de réquisitoire.
  • De Robert Dantzer : un panorama des définitions et critères d'évaluation du bien-être en usage chez les scientifiques. Les incertitudes en la matière tiennent à la difficulté inhérente au sujet, mais aussi à la rareté des travaux consacrés aux émotions et capacités cognitives des animaux d'élevage.
  • De Jean-Yves Goffi : un article sur le sens qu'on peut donner (ou non) à la proposition « Il existe des droits de l'animal » chez différents auteurs ou écoles de philosophie morale.

[1] INRA éditions, Paris, 2001. Prix : 27.44 €

[2] Emission animée par Antoine Garapon. Invitées : F. Burgat et M.A. Hermitte.

[3] Concernant l'utilitarisme, les auteurs tombent dans le travers commun consistant à dépeindre cette doctrine comme une transposition à l'éthique des principes du libéralisme économique et des lois du marché.