• fr
  • en
  • it
  • es
  • pt-pt

Lettre aux parents d’enfants végétariens

Traduit de l’américain par Dominic Hofbauer

Le texte ci-dessous est paru en annexe de Living Among Meat Eaters (Lantern Books, New York, 2001) sous le titre « Letter to parents of vegetarians ». Nous remercions Carol Adams d’avoir permis aux Cahiers antispécistes de le traduire et de le publier.

La Rédaction.

Chers parents,

L'adolescence et la préadolescence de nos enfants sont une période très particulière – et très inhabituelle. Elle les conduit du stade d'enfants dépendants vers celui d'adultes autonomes. Une période d'exploration et – fatalement – de rébellion. A eux de décider par eux-mêmes, parmi les valeurs et les présupposés acquis durant leur enfance, lesquels sont valables et dignes d'être conservés, et lesquels méritent d'être examinés et remis en cause. C'est un processus très spectaculaire. Et voilà qu'à ce cocktail détonnant s'ajoute le végétarisme !

J'aimerais partager avec vous quelques réflexions autour de cette question du végétarisme. Avec les adolescents, il est parfois difficile de distinguer ce qui est en jeu pour eux de ce qui est en jeu pour vous, de faire le bon tri entre là où vous devez intervenir et là où vous devez laisser les choses se faire. Au sujet de mes deux enfants (10 et 15 ans), on me donna un jour ce sage conseil : « autant que possible, ne pas s'en mêler ». Il nous faut laisser nos enfants grandir par leurs propres expériences. Il nous faut les laisser faire de mauvais choix, afin qu'ils apprennent par eux-mêmes à opter pour les bonnes décisions.

Je suis tombée un jour sur une interprétation du conte « La Belle au bois dormant » qui m'a beaucoup aidée dans ma relation avec mes propres enfants. Lorsque la Belle se pique au doigt sur son rouet et tombe dans un profond sommeil, des buissons épineux se mettent à recouvrir tous les murs de la ville. Ces épines représenteraient les humeurs difficiles et les réactions des adolescents tandis qu'ils se séparent de leurs parents pour devenir adultes. De la même manière qu'au bout d'un certain temps, les épines se transforment en roses, nos enfants se réveillent de leur adolescence et fleurissent en devenant adultes. Dans les moments où je me sens frustrée ou particulièrement rejetée par mes enfants, je me dis « c'est la période épineuse », et j'essaie de relativiser.

Il est possible que le végétarisme de vos enfants vous fasse le même effet que ces épines. Elles vous tiennent à distance de vos enfants, comme une clôture barbelée. Mais il est aussi possible de voir leur végétarisme comme le début de la floraison balbutiante de leurs valeurs d'adultes. Après tout, vos enfants ne rejettent pas vos valeurs. Ils manifestent une sensibilité, une tendresse, envers des êtres vivants et sensibles. D'où peuvent bien leurs venir ces valeurs ? Ce ne peut être que de vous.

Les humeurs d'un adolescent oscillent entre le besoin de séparation et le besoin de sécurité. Leur végétarisme n'y échappe pas : vos enfants affirment par leur végétarisme une identité distincte, mais ils ont toujours besoin que vous les aimiez, que vous acceptiez la personne qu'ils sont en train de devenir. Si vos enfants vous disent parfois : « si tu m'aimais vraiment tu … (regarderais cette vidéo, arrêterais de manger de la viande, me laisserais aller manifester pour les animaux, etc.) », ce que vous entendez alors est la voix d'un adolescent qui suit son propre chemin mais qui a toujours besoin de vous, qui est angoissé par un monde extérieur effrayant.

Ne soyez pas sur la défensive, assurez-les de votre amour. A leur manière, ils vous disent : « J'ai besoin de ton soutien. » Vous pouvez leur répondre : « Nous t'aimons, tu es en train de changer, nous te soutiendrons, mais cela ne signifie pas nécessairement que nous aussi allons changer. »

Ne perdez pas de vue qu'adopter un ton de jugement est un trait caractéristique de l'adolescence. Les critiques et les cris sont une tentative des adolescents pour équilibrer le rapport de force entre eux et les puissants parents que nous sommes. Nous devenons impatients ou furieux lorsque nos enfants nous posent un ultimatum, rejettent nos arguments, ou nous parlent avec dédain, surtout sur des sujets qui nous tiennent à cœur. Mais tenons nos propres émotions à distance. Même lorsqu'ils vous énervent, vous savez que vos enfants ont beau élever la voix, ils ne parviennent pas à être à égalité de pouvoir avec vous. Alors ne soyez pas trop susceptible face à leurs épines. Souvenez-vous qu'à l'intérieur, ils sont en train de grandir. Parlez-leur calmement et posément. Ecoutez-les. Demandez-leur ce qu'ils ressentent. Faites qu'ils sachent toujours que vous êtes à leur écoute.

Même si votre ado veut que vous adoptiez le même régime que lui, et vous reproche ce faisant votre manière de faire, vous n'êtes pas obligé de l'interpréter ainsi. Ne l'isolez pas émotionnellement sous prétexte qu'une partie de leur colère est dirigée contre vous. Leur colère est probablement aussi dirigée contre leurs amis carnivores. S'agissant du végétarisme de votre enfant, il est probable que le point de vue de ses amis et le vôtre convergent, même si c'est sur la base d'arguments différents. Quelle en est la conséquence pour votre enfant ? Il a encore plus besoin de vous.

Ne lui dites pas que ça lui passera, même si c'est ce que vous pensez. Vous lui signifieriez que vous le jugez puéril. Il a besoin de respect, pas de paternalisme. Ne traitez pas son végétarisme comme une mode ou une rébellion adolescente. N'en discutez pas non plus avec vos connaissances en sa présence. Un jour, une mère parla du végétarisme de sa fille avec dédain à leur voisine. Sa fille me dit : « Le pire c'est quand elle dit que ce n'est qu'une passade. Je me sens très mal. »

Par leur végétarisme, vos enfants endossent les idées de penseurs comme Gandhi ou Thoreau. Félicitez-les d'adopter une position éthique. Demandez-leur ce qui les conduit à devenir végétariens, et ne vous sentez pas jugés par leurs réponses. Ne les obligez pas à manger de la viande. Ne leur dites pas « Tu n'as qu'à enlever la viande ». Parvenir à les respecter, même dans leurs désaccords avec vous, leur enseigne aussi le respect. Vous verrez par la suite cette leçon fleurir dans leur vie à de multiples occasions. Ils auront appris cela de vous.

Il est très légitime de se soucier de l'équilibre nutritionnel de vos enfants. Votre enfant peut être en très bonne santé en suivant une alimentation végétarienne ou végétalienne. Les enfants végétariens atteignent une taille et un poids corrects pour leur groupe d'âge. Si leur alimentation végétarienne n'est pas équilibrée, alors il est probable que leur alimentation carnivore ne l'était pas non plus. En réalité, une alimentation végétarienne n'est pas seulement saine à tout âge, elle peut même être plus conforme aux recommandations nutritionnelles actuelles qu'un régime carnivore. Un adolescent m'a dit un jour : « Les parents se plaignent toujours que leurs enfants ne mangent pas assez de légumes, puis ils se plaignent quand leurs enfants deviennent végétariens. » Profitez-en pour leur proposer les aliments que vous avez toujours voulu qu'ils mangent ! Maintenant vous pouvez leur dire : « Regarde, un plat de brocolis (épinards, choux, etc.) » et … allez savoir, ils pourraient en être enchantés ! Les possibilités sont infinies.

Si vous craignez que le végétarisme de votre enfant masque en réalité un déséquilibre alimentaire, voici les indices qui peuvent le faire craindre :

  • Votre enfant continue à perdre du poids après deux ou trois mois de végétarisme. Au commencement, une perte de poids peut être causée par de multiples facteurs (se détourner d'un régime carné riche en graisses), ou par le temps nécessaire pour apprendre à composer des menus végétariens équilibrés. Mais après deux ou trois mois, une perte de poids peut être le symptôme d'un problème.
  • Votre enfant saute des repas ou dit qu'il n'a pas faim.
  • Votre enfant évite les aliments végétariens riches en calories ou en graisses : le tofu, les substituts de viande, le beurre de cacahuètes, le pain, les pâtes.
  • Votre enfant tient une comptabilité compulsive des graisses ou calories.
  • Il dit être ballonné après avoir consommé des portions normales de nourriture.
  • Il développe des comportements rituels autour de la nourriture (couper les aliments en petits morceaux, être maniaque sur les horaires des repas…)
  • Il a une perception faussée de son propre corps (votre fille se trouve grosse ou maigre alors qu'elle ne l'est pas).

Il n'y a aucune raison de considérer le végétarisme de votre enfant comme un désordre alimentaire. Il arrive que des parents inquiets pour l'équilibre nutritionnel de leur enfant dissimulent de la viande dans leur nourriture. C'est une très mauvaise idée ! Votre enfant peut s'en trouver malade si son estomac s'est adapté à une nourriture plus digeste. D'autre part, vous lui apprenez à ne pas avoir confiance en vous. Dans les moments où vous vous sentez angoissé, souvenez-vous qu'il n'y a aucun nutriment dans la viande qu'on ne puisse trouver ailleurs.

Repérez les problèmes pratiques que pose le végétarisme de votre enfant dans l'organisation des repas sans juger le végétarisme en lui-même. Si les courses et la cuisine deviennent plus compliquées, voilà une splendide occasion de l'impliquer dans ces tâches de la maison ! Cela le prépare à vivre de façon autonome. Cependant, si vous avez toujours cuisiné pour votre enfant, le moment n'est pas bien choisi pour arrêter de le faire si vous continuez à cuisiner pour les autres membres de la famille : cela lui renverrait un message de rejet. Il y a des tas de biais par lesquels vos plats peuvent inclure une composante végétarienne. Demandez par exemple à votre enfant de vous aider à composer des menus qui peuvent convenir à tous. J'ai rencontré de nombreux parents qui sont devenus végétariens en goûtant la nourriture de leurs enfants. Ils découvrent alors qu'ils se sentent souvent beaucoup mieux. Mais personne n'essaie de vous forcer la main !

Souvenez-vous que la Belle aux bois dormant finit par se réveiller à l'issue de sa période épineuse. Vos enfants seront-ils toujours végétariens quand ils seront devenus des adultes autonomes ? Laissez-les en décider. En témoignant à vos enfants ce respect, vous leur enseignez à respecter les gens même si leurs opinions sont différentes. C'est là un cadeau très précieux.

Mis en ligne le 19 février 2012