• fr
  • en
  • it
  • es
  • pt-pt

Sur Luc Ferry ou le rétablissement de l’ordre

Sur Luc Ferry ou le rétablissement de l’ordre, Élisabeth Hardouin-Fugier, David Olivier, Estiva Reus, Éd. tahin party.

En 1992 paraissait Le Nouvel Ordre écologique [1]. Luc Ferry y attaquait à la fois le mouvement écologiste et les idées antispécistes de Peter Singer (assimilées à tort à une variété d'écologie). Le succès fut tel que le livre se vendit à plus de 130 000 exemplaires en quelques mois, l'ensemble des médias publiant de nombreuses interviews de l'auteur. Celui-ci put tout à loisir accuser les antispécistes (et les écologistes) de filiations suspectes avec le nazisme, et arguer qu'en s'écartant des chemins battus de l'humanisme on ouvrait la voie aux pires dérives.

Les Cahiers antispécistes avaient alors publié plusieurs textes qui répondaient aux allégations de Ferry, mais aucun media ne jugea utile de donner la parole à ses contradicteurs.

Les éditions tahin party ont pallié (un peu) à cette absence de débat, en publiant non seulement ces « réponses [2] », mais aussi les travaux de l'historienne Élisabeth Hardouin-Fugier, qui a enquêté aux sources des archives allemandes sur « La protection législative de l'animal sous le nazisme » (c'est le titre de son article). Elle montre entre autre que les affirmations selon lesquelles les nationaux-socialistes auraient aboli la vivisection, ou auraient été les premiers à voter une loi prenant en compte les animaux pour eux-mêmes (et qu'Hitler en personne aurait porté une attention particulière à cette loi) relèvent d'une véritable entreprise de désinformation.

Ce nouveau recueil de textes fait donc le point sur l'inévitable référence au nazisme à laquelle se heurtent les « animalistes », et détaille les critiques qui peuvent être faites, d'un point de vue antispéciste, à l'humanisme et au naturalisme [3]

Hasard bienvenu, Ferry est devenu entre-temps ministre de l'éducation nationale, ce qui a permis à ce petit livre d'être chroniqué dans quelques médias nationaux, et ainsi de toucher des personnes qui n'auraient sans cela jamais entendu parler d'antispécisme.

[1] Luc Ferry, Le Nouvel Ordre écologique : l'arbre, l'animal et l'homme, Éd. Grasset, 1992.

[2] Les articles de David Olivier, « Luc Ferry ou le rétablissement de l'ordre » (CA n°5, déc. 1992) - qui a donné son titre au livre - et « Étonnante promenade » (CA n°10, sept. 1994) sont repris sans modifications (si ce n'est une mise à jour des références d'ouvrages) ; l'autre « réponse » est constituée d'extraits d'un courrier qu'Estiva Reus avait adressé à Ferry, et qui plus tard a été publié par les Cahiers sous le titre de « Lettre à Luc Ferry » (CA n°8, sept. 1993). Estiva y a rajouté une postface (intitulée « Flash-back »), dans laquelle elle explique ce qu'a signifié pour elle la lecture du livre de Ferry et la découverte qu'existait un mouvement pour l'égalité animale.

[3] On peut commander ce livre (ISBN 2-912631-09-2) dans toutes les librairies ou, mieux, directement aux Éditions tahin party, 20 rue Cavenne, 69007 Lyon (fax 04 78 58 07 17, mail : tahin.party@free.fr), au prix de 3 euros port compris (à partir de 7 exemplaires : 2 euros chaque, port compris). Le livre est également téléchargeable gratuitement par internet, en format pdf, sur le site des éditions, http://tahin-party.org/.