• en
  • de
  • it
  • pt-pt
  • es
Cahiers antispécistes n°01 - octobre 1991

Défense animale / libération animale

La défense animale en tant que mouvement organisé existe depuis environ un siècle et demi ; bien qu'évidemment, au niveau individuel, il y ait toujours eu des actes d'amitié et de compassion sans distinction d'espèce. La libération animale, qui, elle, remet en question les présupposés fondamentaux du spécisme, est née en tant que mouvement à partir de 1975, année de la publication par Peter Singer de Animal Liberation [1]. Là non plus, les idées elles-mêmes ne datent pas de 1975, le spécisme ayant été fort souvent remis en question au cours de l'histoire, par des personnes généralement, mais pas toujours, isolées, et si cette remise en question paraît aujourd'hui à beaucoup de gens incongrue, cela est sans doute en grande partie dû à deux millénaires de christianisme qui ont étouffé toute volonté de prise en compte des intérêts non humains en tant que tels [2] (cela peut paraître paradoxal à ceux qui, comme moi, ont été élevées avec l'idée que le christianisme, au moins en principe, professe un amour tout particulier envers les plus démunis).

La viande

On pourrait croire que le mouvement actuel de libération animale est simplement le prolongement, voire la réussite, du mouvement précédant de défense animale. C'est un peu ce que nous voulions penser, lorsqu'il y a deux ans, quatre amis et moi-même avons produit la brochure Nous ne mangeons pas de viande pour ne pas tuer d'animaux [3]. Nous savions que peu de monde dans les associations de défense animale était végétarien, mais nous avons pris contact avec elles, puisque, pensions-nous, leur propos était, au moins théoriquement, le même que le nôtre.

Nous avons été déçus. Nous avons vite senti que nous gênions - quand on ne nous a pas carrément insultés ( « mangeurs d'herbe »). Les seuls qui nous ont aidés appartenaient à la minorité, petite mais non négligeable, de militants déjà végétariens, et si notre brochure a convaincu quelques dizaines de personnes de cesser de manger de la viande, ce fut toujours à l'extérieur de la défense animale. Au sein de la défense animale, par contre, ceux qui mangent de la viande savent très bien ce qu'ils font et n'ont pas l'intention de cesser.

Nous espérions tout de même trouver parmi ces végétariens de la défense animale des alliés, qui nous aideraient à imposer à l'ensemble du mouvement une remise en question de la viande. Nous avons encore été déçus. Certains nous ont aidés à faire connaître et à diffuser notre Nous ne..., mais sans jamais s'engager personnellement ; de façon absurde, ils semblaient systématiquement vouloir considérer le végétarisme comme ne pouvant relever que d'un choix personnel.

Tout se passe comme si au sein de la défense animale existait un accord tacite pour ne pas remettre en cause les règles de base qui déterminent les rapports des humains aux autres animaux ; et, s'il y est permis de ne pas manger de viande, cela doit représenter tout au plus une remise en cause limitée aux aspects non essentiels des pratiques spécistes, comme l'élevage en batterie. Mieux, on évoquera la diététique, ou le caractère « non naturel » de la consommation de viande par les humains, pour éviter de contester la justesse de notre utilisation des animaux non humains à notre guise dès lors que le profit que nous pouvons en tirer est réel. Si quelques-uns admettent que c'est pour les animaux qu'ils s'abstiennent de la viande, personne ne va jusqu'à estimer que cette question mérite qu'on brise en son nom le consensus du groupe, uni dans sa lutte contre l'ennemi numéro un : le monstre (le vivisecteur).

La vivisection

On pourrait espérer que sur la vivisection, au moins, nous serions d'accord avec la défense animale - même si pour nous, cette question ne peut être qu'un aspect « exotique » du problème, comme la corrida ou la consommation des chiens coréens, tant que tous les jours les bons humains moyens mangeront de la viande.

Ici encore, nous avons été déçus. Au lieu de remettre en question le principe de l'utilisation des animaux pour n'importe quelle fin humaine, la défense animale insiste sur l' « inutilité » des expériences - inutilité pour les humains, bien sûr.

Les avocats des animaux

La défense animale est en fait, comme la défense en justice. L'avocat - le défenseur - d'un voleur doit pouvoir défendre son client, c'est-à-dire demander qu'il ne soit pas puni, ou qu'il le soit moins, sans contester les lois qui punissent les voleurs. La défense animale défend les animaux, au sein d'un système donné. En défense des chiens, elle dira qu'ils tiennent compagnie aux vieillards, en défense des chats, qu'ils tuent les rats, en défense des rats, que leur usage expérimental n'est pas fiable. En défense des canards, que le foie gras est toxique, en défense des lièvres, que la chasse tue les humains.

Sur l'avocat d'un voleur pèse toujours, malgré tout, la menace d'être pris pour l'avocat des voleurs, pour leur ami, pour un partisan du vol. Il est vital pour sa défense que le juge n'ait pas l'impression, s'il libère ce voleur, de libérer tous les voleurs. De même, la défense animale ressent-elle comme vitale de ne pas remettre en question le spécisme.

Radicalité ?

La distinction que nous faisons entre défense et libération animale n'est pas une simple question de radicalité. Les partisans de Hans Ruesch, par exemple, sont très radicaux dans leur refus de concéder à la vivisection la moindre valeur scientifique, et sont ainsi abolitionnistes purs et durs. Par ailleurs, par la structure de leur argumentation, ils sont radicalement immobilistes, une grande part de leur temps étant consacrée à interdire toute remise en question du spécisme (les arguments éthiques sont, selon eux, inefficaces, ou non scientifiques, ou pleurnichards, etc.). De même, en France, les raids contre les laboratoires de vivisection ont été presque toujours le fait de mangeurs de viande. Pendant ce temps, les libérationnistes, eux, publient des brochures pour diffuser leurs idées. Et ne mangent pas de viande.

Si je suis pour la libération animale, ce n'est pas pour sa radicalité. Je ne reproche pas à la défense animale d'être « molle », ou « modérée » ; je lui reproche de défendre le spécisme. Je ne cherche pas l'extrémisme des idées, je suis pour la justesse des idées. Et le spécisme n'est pas une idée juste.

[1] Peter Singer, éd. Jonathan Cape, Londres, 1975 et 1990 ; voir aussi Le mouvement de libération animale, P. Singer, éd. F. Blanchon, Lyon, 1991.

[2] Cf. l'encyclique Solicitudo Rei Socialis du Pape Jean-Paul II, 1988, qui semble amorcer un tournant, mais en fait ne prend en compte les animaux qu'en tant que composantes du « monde naturel », et non comme des êtres ayant leurs propres intérêts et leur propre vie à vivre.

[3] Brochure collective, éd. Y. Bonnardel, Lyon, 1989.